Investir dans l’immobilier est aujourd’hui l’un des meilleurs moyens pour faire du profit. Mais comme tous les autres domaines, avant de faire son placement, il est important d’en calculer la rentabilité. Or calculer la rentabilité de son investissement surtout dans le domaine de l’immobilier impose la connaissance de quelques notions. Vous voulez vous lancer dans l’immobilier ? Vous avez un projet d’investissement locatif ? Découvrez dans cet article comment calculer la rentabilité de votre investissement locatif.

Comment calculer la rentabilité brute ?

La rentabilité brute constitue une sorte de premier aperçu de la rentabilité de l’investissement. Elle se calcule sur douze mois (sur un an) de manière générale pour couvrir un certain nombre de choses. Pour obtenir la rentabilité annuelle brute de votre bien immobilier locatif, il faut diviser le montant annuel du loyer par le prix de bien locatif et multiplier le résultat par 100. Si par exemple le coût de votre bien immobilier locatif s’élève à 300 000 euros et que vous le louez à 800 euros, il faudra d’abord :

  • multiplier les 800 euros par 12 pour obtenir le loyer annuel. Vous obtiendrez 9 600 comme loyer annuel.
  • Ensuite, il faudra diviser les 9 600 euros par les 300 000 euros qui représentent la valeur du bien immobilier locatif avant de multiplier le résultat par 100.

Ainsi, (9 600/300 000) ×100= 3,2. Vous retiendrez donc que votre bien immobilier locatif de manière brute se trouve rentable de 3,2%.

Découvrez d’autres astuces pour réussir ce calcul avec Carré Investisseur.

Comment calculer la rentabilité nette ?

La méthode de calcul de la rentabilité nette prend en compte un certain nombre de choses que la rentabilité brute n’inclut pas. La rentabilité nette elle-même se fait sous deux formes complémentaires. Pour vous faire une idée précise et détaillée de la rentabilité de votre bien immobilier locatif, vous devez passer par les deux étapes de calcul de la rentabilité nette à savoir la rentabilité nette de charges et la rentabilité nette-nette.

La rentabilité nette de charges prend en compte le calcul de la rentabilité brute en y ajoutant certaines dépenses comme la taxe foncière que paye l’investisseur et les charges liées à la gestion et à l’entretien du bien immobilier locatif. Au loyer annuel, vous pouvez retrancher la taxe foncière qu’on estime par exemple ici à 700 euros, 0,10% de frais de gestion et une somme approximative de 500 euros représentant les frais de charges non récupérables. Après cette série de soustractions, vous referez le même calcul que pour la rentabilité brute et vous obtiendrez la rentabilité nette de charges de votre bien immobilier locatif.

De l’autre côté, la rentabilité nette-nette prend en compte certains plus comme les avantages fiscaux dont bénéficie le propriétaire. L’investisseur peut bénéficier d’une déduction de certains frais comme ceux des travaux et les intérêts d’emprunt avec une déclaration auprès du fisc. Pour accroître ces avantages, vous pouvez souscrire à un dispositif de défiscalisation comme la loi Wargon.

La méthode Larcher pour calculer la rentabilité

La méthode Larcher vient pour simplifier les choses et rendre le calcul plus court pour les pragmatiques. Cette méthode consiste à retrancher 3 mois sur les 12 prévus pour le calcul au niveau du loyer et exécuter le calcul de la rentabilité brute. La conception générale estime les charges à 25% du loyer, ce qui correspond à trois mois de loyer. On prend donc 9 mois au lieu de 12 pour faire le calcul et on considère le résultat pour une année.